14/12/2018

offres

disponibles

789

789

résultat(s)

Voir les offres

Focus sur le métier de mécanicien TP et manutention

Lu 28 Novembre 2016 |
Photo Focus sur le métier de mécanicien TP et manutention

Interview de Florence DUPONT – secrétaire générale adjointe du DLR

Mecajob a interviewé Florence DUPONT déléguée générale adjointe du D.L.R (Fédération Nationale des Distributeurs Loueurs et Réparateurs). Cette fédération, créée il y a 50 ans, représente les 2000 entreprises du secteur de la distribution, location et maintenance des matériels du BTP et de la manutention. Si pour la majorité des gens un mécanicien répare des voitures, on oublie qu’il en faut également pour les grues, pelles, chariots élévateurs et autres rouleaux compresseurs. Un métier passionnant, rémunérateur… et en tension malheureusement.

Pouvez-vous nous présenter le DLR ?

DLR est une fédération professionnelle. Elle a été créée en 1965, elle regroupe et fédère les entreprises des secteurs de la distribution, de la location, de la maintenance et des services pour les matériels destinés au BTP et à la manutention. Les sociétés adhérentes fournissent les entreprises de bâtiment et de travaux publics, collectivités locales, événementiel, industrie, logistique, grande distribution, transport, nettoyage... le panel est assez large. Notre mission consiste à représenter et défendre les intérêts de la profession, accompagner les entreprises dans l'optimisation de leur professionnalisme et de leur compétitivité et favoriser l'échange et le dialogue entre professionnels.

Que représente votre secteur en chiffres et côté emploi ?

Nous représentons 2000 entreprises et 40000 salariés (structures allant de 1 à 5000 personnes) pour un chiffre d’affaires annuel de 10 milliards d’euros. Le secteur embauche 3000 personnes par an dont 90 % en CDI. 60 % des effectifs sont composés de mécaniciens et techniciens répartis sur tout le territoire.

Quelles compétences requièrent les postes de mécaniciens ou techniciens dans votre banche ?

Il faut avoir bien entendu une appétence pour les métiers techniques et mécaniques. Ensuite, nous avons des besoins à tous niveaux ; du cap sur des emplois de maintenance au bac 5 pour les postes de directeur technique dans des structures importantes. En plus de la partie purement « mécanique », les techniciens de notre secteur doivent maîtriser l’informatique pour la partie diagnostic. Il faut également acquérir des connaissances en hydraulique et électronique. Toutes les formations sont référencées sur notre site : http://www.metiersdelamaintenancedesmateriels-tp-manutention.com/

Quelles sont les conditions de salaires, possibilités d’évolutions et rémunérations que peuvent attendre un technicien ou mécanicien TP/manutention ?

Concernant les conditions, comme je le disais précédemment, le métier a évolué. On est moins « les mains dans le cambouis » que par le passé. Les tâches sont moins difficiles physiquement. On travaille sur du matériel de haute technologie. Il y a véritablement possibilité de faire des carrières intéressantes et rémunératrices aussi bien dans les grands groupes que dans des entreprises plus « familiales ».

Si les métiers sont intéressants, en cdi avec des possibilités d’évolution alors pourquoi y a-t-il un manque ?

Les jeunes attirés par la mécanique vont aller naturellement vers le secteur de l’automobile, connu du grand public. Ils ne se dirigent pas aussi spontanément vers notre domaine qui offre de nombreux débouchés et permet de travailler sur du matériel de pointe avec une grande autonomie.

Nous avons 3000 jeunes en formation à tous niveaux (du CAP au BTS, voire à la licence professionnelle), 1000 qui arrivent chaque année sur le marché du travail  et un besoin à minima en recrutement de 1500 mécaniciens et techniciens par an.

On retrouve ces diplômes dans des établissements souvent avec des formations à la mécanique agricole alors qu’il en faudrait davantage dans des zones plus citadines….

Il existe des CQP de branche pour les personnes en reconversion mais la formation n’est pas forcément simple à dispenser et peu de centres le proposent ; il faut du matériel, l’investissement est lourd… 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux jeunes ou personnes en reconversion avec une appétence pour les métiers techniques ?

Tout simplement : rejoignez-nous pour toutes les raisons évoquées précédemment !

Partager

Retour à la liste

S'abonner à la newsletter